Les trois axes de travail de la FFBB … Rencontre avec Alain Salmon, Vice-Président de la FFBB, Vice-Président de la Ligue

Les trois axes de travail de la FFBB … Rencontre avec Alain Salmon, Vice-Président de la FFBB, Vice-Président de la Ligue

A l’instar de tous les sports de contact, la pratique des sports collectifs et du basket reste aujourd’hui impossible ou excessivement réglementée. Les championnats ont été arrêtés mi mars … presque trois mois déjà. Les Pôles Espoirs n’ont pas repris non plus. En attendant les prochaines annonces du 22 juin, de nombreuses initiatives voient pourtant le jour sur les territoires. Les élus de la Ligue préparent la reprise, ils sont sur le pont, les cadres gardent le contact, la plupart du temps en visioconférence. Nous inaugurons ce mardi une série d’interview qui vont nous permettre de faire le point sur la situation de notre sport, les conséquences du Covid-19 et les perspectives de reprise progressive avant les championnats et une liberté de pratique tellement attendue.

Alain Salmon est Vice-Président de la Ligue Nouvelle-Aquitaine, délégation compétitions et Vice-Président du Comité départemental de la Charente. Il est aussi Vice-Président de la FFBB, délégation « Compétitions et Vivre Ensemble » et Président de la Commission Fédérale des compétitions. Deux postes clés déjà en rythme de croisière mais d’autant plus stratégiques lorsque le virus débarque. Profitant d’une période un peu plus calme, peut-être la première depuis des mois, nous avons sollicité Alain Salmon ce week-end, essentiellement sous l’angle de ses responsabilités nationales FFBB. Il revient sur l’arrêt des championnats, présentent les axes de travail de la Fédération, des Ligues et des clubs dans les prochains mois. Réponses argumentées et précises et perspectives d’avenir …

« Il fallait être réactif et prendre les décisions »

Ligue Nouvelle-Aquitaine : La crise sanitaire a bouleversé la donne. D’un seul coup, les 13 et 14 mars, tout s’est arrêté. Comment la Fédération a-t-elle réagi dès les premiers jours et quels outils a-t-elle mis en place pour gérer la crise ?
Alain Salmon : Effectivement, ça a été très brutal. Puisqu’on ne pouvait plus se déplacer, on a tout de suite décidé de travailler en visio de façon à faire des réunions très rapprochées et très fréquentes. Nous avions une réunion tous les jours ou les deux jours. Nous avons aussi mis en place une « Cellule de crise » regroupant le Président, les Vice-Présidents, le Secrétaire général, le DTN, les directeurs de Pôles. L’idée était de trouver des modalités de fonctionnement pour être réactifs. Nous avions tous les jours des informations qui arrivaient du Ministère, CNOSF, de la FIBA, des Ligues des autres pays avec lesquels notre Président était en contact. Il fallait donc être très informés et réactifs pour prendre les décisions.

Nous avons tenu de nombreuses réunions de Bureaux Fédéraux. Nous avons échangé avec les Ligues et Comités et aussi constitué des groupes de travail pour aborder des thématiques telles le PSF, le soutien aux clubs, l’arbitrage, le E-sport. Ces réunions ont regroupé de trois à quatre personnes à dix, cinquante ou cent personnes. On s’est rendu compte que, quand on travaille en visio, on écoute un peu plus celui qui s’exprime, chacun prend la parole à tour de rôle et c’est un mode de fonctionnement que nous allons certainement garder, même s’il faut du présentiel qui apporte la convivialité et l’échange dont nous avons tous besoin. Mais le mode de fonctionnement en visio sera conservé, notamment sur des dossiers précis.

Ligue Nouvelle-Aquitaine : Très vite, s’est posée la question des calendriers et des championnats, question cruciale qui impactait toute notre communauté sportive, les clubs, Ligues et Comités. Quel process a abouti à la décision du Bureau Fédéral ?
Alain Salmon : Quand on a bien compris qu’on n’allait pas pouvoir rejouer et qu’il fallait à un moment donné stopper la machine, en tant que Vice-Président, responsable des compétitions, j’ai présenté un support complet sur toutes les divisions, la situation à la date à laquelle on arrêterait potentiellement les compétitions et comment nous les arrêterions. Ce document de 140-150 slides a été diffusé en Bureau Fédéral fin mars, situation division par division, donnant le classement à date, les rencontres restantes, les divisions où il y avait des phases finales, comment étaient prévues les montées et les descentes, … Entre temps, je m’étais rapproché, à la demande du Président, du handball et nous avions aussi échangé avec le volley. Nous avions des différences avec le hand ou le volley, des dates de championnats plus longues, des poules parfois plus larges et une organisation des calendriers qui nous aurait posé des problèmes si nous avions adopté les mix accessions et absences de rétrogradations.

Nous avons beaucoup travaillé avec le Président. Et lors d’un très long Bureau Fédéral les 28 et 29 mars, chacun a pu mesurer le pour et le contre de chaque scénario. Chacun s’est exprimé et nous avons voté, à l’unanimité, l’arrêt de la saison à date, à la dernière journée complète jouée de la division. Nous avons consulté en amont les Ligues et les Comités. La même décision a été prise, de haut en bas de la pyramide, à l’unanimité des participants également, en cohérence finale donc entre les niveaux FFBB, Ligues et Comités.

« Ce n’est pas une saison blanche »

Ligue Nouvelle-Aquitaine : Vous avez aussi voté un ranking général qui autorise les accessions de certains clubs lorsqu’un autre est défaillant.
Alain Salmon : Absolument et c’est bien la raison pour laquelle 2019-2020 n’est pas une « saison blanche ». En même temps que l’arrêt des championnats, nous avons décidé d’établir un ranking qui permet de combler les refus d’engagements de clubs, ou les demandes de rétrogradations volontaires. Ce ranking, a été validé par le bureau fédéral. C’est un classement qui sert à proposer l’accession en cas de vacance au niveau supérieur.

Cette saison n’est donc pas une saison blanche. Elle a eu lieu et tous les dossiers de la Commission de discipline, du Contrôle de gestion, de la Commission sportive sont allés jusqu’au bout.

Il va aussi y avoir des décisions de précaution et de gestion. Certains présidents de clubs nous ont déjà demandé de rétrograder leur équipe d’une division, voire de deux, voire de jouer en régionale. Les demandes seront acceptées et la FFBB proposera ensuite l’accession à la meilleure équipe classée au ranking. Le même dispositif sera dupliqué au niveau fédéral, dans les Ligues et dans les Comités. Les engagements en championnats vont être ouverts dans les prochains jours.

« Le retour au jeu, c’est 1M€ pour aider les clubs »

Ligue Nouvelle-Aquitaine : Après la récente intervention du premier Ministre, quelles sont les perspectives du basket et des compétitions ?
Alain Salmon : La FFBB a aujourd’hui trois axes de travail :
– Le premier c’est le « Retour au Jeu » avec 2M€ de fonds dédiés pour aider les clubs (1 M€), les Comités (500.000 €) et les Ligues par dotation d’un terrain de basket 3×3. Il s’agit de permettre aux clubs de s’engager dans une pratique basket plus festive, plus ludique, plus conviviale mais aussi plus novatrice. Du 12 juin 2020 au 30 juin 2021, les Clubs et les Comités seront aidés sur ces actions. Les dossiers doivent être déposés sur la plateforme dédiée avant le 31 décembre 2020 et c’est la Commission de Soutien aux clubs qui va les traiter. L’aide aux clubs ira de 200 € à 1000 €.

– le deuxième c’est le « Retour à la compétition ». Nous le souhaitons mais nous en saurons un peu plus le 22 juin sûrement pour les sports collectifs et notamment le basket qui conjugue toutes les problématiques « sport à risques », sport à la fois de contact, pratiqué à plusieurs et en salle. Nous espérons sortir de ce schéma et que la compétition reprenne le plus tôt possible. La première hypothèse est bien sûr une reprise aux dates du calendrier initial, ce que nous aimerions. Cependant, nous travaillons aussi sur une reprise au 1er octobre, au 1er novembre, au 1er décembre, voire même au 1er janvier, date la plus lointaine possible. Les différents scénarios sont prêts. Quand la Fédération aura des informations plus précises, nous ferons des propositions de formats de compétition qui seront peut-être un peu différents selon la date à laquelle les championnats pourraient reprendre.

– le troisième axe est de réfléchir sur une hypothèse où les compétitions ne démarreraient malheureusement pas début septembre. Un groupe de travail réfléchit à des nouvelles pratiques de basket, plus individualisées, avec des challenges et de vraies compétitions à imaginer, à créer. Elles permettraient aux clubs de proposer de faire du basket différemment, de fidéliser et de garder nos licenciés. Il ne faut pas être à l’arrêt ni laisser les clubs « à l’abandon », il faut proposer une pratique pour garder nos licenciés, le temps que la compétition reprenne.

« Que le basket puisse reprendre ! Soyons prêts à rebondir »

Ligue Nouvelle-Aquitaine : Ces orientations ont été relayées par Ligue Nouvelle-Aquitaine et par les Comités
Alain Salmon : Oui, nous avions décidé ensemble d’être en cohérence sur tout le territoire. Au niveau de la Ligue, nous avons dupliqué les décisions de la Fédération, comme les autres Ligues et les Comités. Nous appliquerons le ranking comme au niveau national. Nous avons travaillé les dossiers en visioconférence, avec des groupes de travail, des Bureaux, des Comités directeur, et avec les Présidents des Comités. Nous avons traité tous les dossiers en cours, constitué le ranking, préparé les Poules de championnat.

En conclusion, nous pouvons dire que nous avons vécu une situation exceptionnelle que personne n’aurait osé imaginer. Il a fallu s’adapter, innover, anticiper et prévoir. Bien difficile dans un contexte comme celui que nous vivons. Nous restons raisonnablement optimistes afin que le basket puisse reprendre dans les semaines qui viennent voire à la rentrée de septembre. Nous sommes attachés à aider nos clubs, à soutenir nos Ligues et nos Comités afin qu’au sortir de cette situation dramatique, nous soyons prêts à rebondir… La santé de tous reste la priorité absolue….

Merci Alain Salmon et à bientôt
Prochaine interview, Pierre Dufau, Président de la Ligue Nouvelle-Aquitaine

2 juin 2020

Laisser un commentaire

Fermer le menu